Les radiateurs

Publié le : 13/07/2018 17:01:17
Catégories : Astuces

Le mot radiateur recouvre plusieurs réalités. D’abord, ce que les chauffagistes appellent les émetteurs. Ceux là sont reliés à la chaudière par un circuit de tuyaux d’eau chaude et ne font que distribuer la chaleur qu’elle produit. Ils peuvent être en aluminium (légers et très réactifs, pour les pièces bien isolées), en acier (poids moyens, chauffent vite et bonne inertie) ou en fonte (lourds, forte inertie et chaleur constante). Mais lorsque l’on parle de radiateurs, on entend surtout les modèles électriques autonomes. Ceux dont nous allons vous parler.

PENSEZ-Y

Anti gel :

En marge des radiateurs, vous trouverez sur notre site une gamme de câbles chauffants. Si vous vivez en appartement, vous n’en voyez sans doute pas l’utilité. Mais si vous avez une maison et un jardin avec un robinet extérieur, chaque hiver, vous craignez qu’il gèle. La vocation de ces câbles qui s’entourent à l’arrivée d’eau est de produire une protection antigel. La résistance qu’ils contiennent fait monter la température et évite à l’eau de figer. Ainsi, on peut utiliser le robinet extérieur, même par -10°. Astucieux non ?

Installer un radiateur électrique est on ne peut plus simple. Il suffit d’avoir une arrivée électrique acceptant une forte puissance (soit une intensité minimum de 16 ou 20 ampères), de le fixer au mur et de le raccorder. Il existe différentes puissances de radiateurs (de 500 à 2000 w environ) ; plus elle est élevée, plus ils chauffent vite, et plus ils consomment. Il existe aussi différentes technologies.

 

Le plus basique et le moins cher, c’est le convecteur. L’air entre par le bas, traverse une résistance et ressort plus chaud. Mais la chaleur produite n’est pas très confortable, sèche l’air et ne dure pas.

 

Ceux à panneaux rayonnants sont plus agréables, mais plus lourds et plus gros. Des résistances chauffent un panneau qui rayonne une chaleur uniforme, à condition d’avoir du dégagement (un petit mètre).

 

Avec les radiateurs à inertie fluide, on gagne encore en confort. La résistance immergée chauffe une huile thermoactive qui diffuse une chaleur homogène dans toute la pièce. Inconvénient de ces modèles : ils sont moins réactifs et donc plus longs à monter en température. Il faut donc les programmer pour qu’ils s’allument avant que l’on ait besoin de leurs calories. Les radiateurs à inertie sèche fonctionnent sur le même principe, sauf que l’huile est remplacée par de la céramique ou de la stéatite.

 

Cette technologie à inertie est notamment utilisée pour les radiateurs sèche-serviettes qui rendent nos salles de bain plus agréables. Là encore, il existe différentes puissances. Certains n’ont pour seule vocation que le séchage des draps de bain et ne peuvent chauffer la salle d’eau ; d’autres, les plus puissants, sont de véritables radiateurs, d’ailleurs parfois couplés avec un système d’air soufflé pour réchauffer rapidement la pièce.

 

Tant que nous en sommes à la salle de bain, que celui ou celle qui n’a jamais pesté contre le miroir embué arrête ici la lecture. Les autres apprendront avec ravissement qu’il existe des plaques chauffantes qui, placées derrière le miroir, évitent la formation de buée. Pensez-y quand vous changerez la glace où vous vous regardez tous les matins.

 

Hormis ce dernier modèle, tous les radiateurs fonctionnent avec des robinets et des thermostats qui permettent de régler la température souhaitée.

Partager notre article sur les réseaux sociaux

Déposer un commentaire

N°1 du bricolage en ligne

Livraison à la carte

Paiements sécurisés

Satisfait ou remboursé